le nombre est atteint ! drôle de sensation, je me sens un peu orpheline.

c'était profondément rassurant d'avoir ces coeurs à faire palpiter individuellement par l'aiguille et le fil. je crois que la quantité ne m'a jamais fait peur, le dosage entre travail mécanique et techniques libres m'apportant un rapport main-cerveau équilibré. au fil des semaines ils se sont accumulés jusqu'à remplir le tiroir que je leur avais réservé, je travaillais sans trop penser au dernier et quand il est arrivé je me suis dit "tiens, voilà c'est fini", l'esprit un peu vide. fini l'ensemble, je suis arrivée au bout du concept avec pour toile de fond ce jeu de mots naïf. et après ?

je suis consciente de ma compulsivité. en ce moment je ne tricote pas, je n'ai pas le temps. mais ce travail a été pour moi comme de faire un tricot : gestes mécaniques, sensualité, temps complice, avancée visible et palpable du travail, sécurité d'une marche à suivre...j'ai repris l'aiguille et le fil pour numéroter le dos de chacun et je pense maintenant à leur présentation et installation. dernier parallèle avec le tricot, je n'aime pas les finitions !

 

coeur-51

 

coeur-52

 

coeur-53

 

 

coeur-54

 

 

coeur-55

 

coeur-56

 

suite et fin dans l'album

 

*****

 

et le week-end prochain, n'oubliez pas ! il y a les mouvements de libération du fil à Villeurbanne. des expos, des ateliers et plus encore.

cabinet de curiosités
lettre écarlate
85430070_p