les souvenirs sont le ciment des fêtes de famille alors j'en ai appliqué quelques couches sur mon patchwork.  souvenirs d'enfance, dérisoires pour la plupart, minuscules événements qui ont marqué parfois aléatoirement ma mémoire et survécu jusqu'à aujourd'hui, ils me rattachent à chacun des membres de ma famille ainsi qu'à la mémoire de ma grand-mère disparue.


couscous_1

ma grand-mère jouait au tennis avec une superbe raquette. gamine, elle m'emmenait au country-club où je fondais au soleil sur la chaise d'arbitre à la regarder jouer. cette raquette, elle me l'offrira bien des années plus tard quand sa santé l'obligera à arrêter. je l'ai gardée longtemps mais j'ai fini par la jeter.


couscous_2

à Moncontour, notre chienne avait dévoré le cochon d'inde de Marie-No après l'avoir observé placidement pendant des heures.

couscous_3

pendant l'année passée à Poitiers je retrouvais les copains du quartier pour jouer au kilo de merde. je me souviens une fois avoir claqué la porte de l'appartement et avoir dû aller à l'école en pantoufles. et toujours à l'école de m'être cassé le poignet en jouant au ballon prisonnier. c'est ma tante Françoise, infirmière, qui m'a emmenée à l'hôpital pour me faire plâtrer.


couscous_4

à la mort de mon grand-père j'ai été accueillie pendant quelques jours par une amie de ma grand-mère dans un grand manoir. j'étais effrayée par un loup empaillé sur le palier et, la nuit, je n'osais pas sortir de ma chambre pour aller aux toilettes.

couscous_5

pendant des années nous sommes allés à Royan en vacances, nous baigner à la plage du Chais, faire des parties de mini-golf à Pontaillac et passer le 15 août chez les Clarissoux autour de repas interminables.

******



le_couscous_de_poitiers

voilà, le travail est bel et bien fini cette fois, je crois être arrivée au terme de mon projet. certaines choses sont restées évidentes de bout en bout, d'autres sont venues me bousculer et se sont imposées, parfois contre moi. pour cette dernière étape j'ai dû vaincre ma peur de gâcher le travail déjà réalisé et aller vers la saturation voulue, le comblement du moindre espace. et j'ai même été frustrée du manque de place, j'aurais dû le faire encore plus grand !

merci pour vos précieux commentaires
et bonne semaine à toutes et à tous